vendredi 31 décembre 2010

Une année qui s'achève...


J'ai longtemps hésité sur le contenu de cet article, je voulais d'abord me démarquer du traditionnel bilan de fin d'année, et puis finalement, j'en ferais un ! (dit la fille qui ne sait jamais ce qu'elle veut)

J'ai surtout envie de retenir les jolies choses qui se sont déroulées, comme :

* Un nouveau blog (sans compter celui là, qui au final est le même que celui d'avant), et de nouvelles rencontres sur la blogosphère.

* Des amitiés se sont créées, d'autres se sont renforcées, et j'ai pu rencontrer des personnes formidables.

* Un changement d'orientation au niveau de mes études (en espérant que ce sera le dernier !), et donc des perspectives différentes qui s'offrent à moi.

* Le retour chez mes parents, qui, même s'il s'accompagne de quelques soucis, me permet d'être plus posée et sereine.

* La redécouverte de Paris. Retomber amoureuse de cette ville comme lorsque j'étais enfant.

* Rencontrer une de mes lectrices, en espérant que ce ne soit que le début d'une belle série de rencontres !

* Tomber amoureuse. Encore une fois. Mais être tombée sur le bon cette fois-ci !

Passez un bon réveillon, et à l'année prochaine =)

dimanche 26 décembre 2010

J-1 =)


Demain est un jour spécial, puisque ce sera mon anniversaire, et pas n'importe lequel en plus, puisque j'aurai 25 ans. Et j'aurais la joie de passer une partie de la journée en amoureux. Je vais essayer de mettre tous mes soucis de côté et profiter de ce que cette journée peut m'apporter. J'espère faire une fête avec mes amis à la rentrée, mais ça va être un peu compliqué à mettre en place vu que je ne peux pas faire de fête chez moi... Enfin, on verra bien !

J'espère que vous avez passé un bon Noël =)

mardi 14 décembre 2010

Crise existentielle n°5642

Tout s'écroule autour de moi. J'ai l'impression de perdre pied. Je suis en train de me rendre compte que l'éducation que mes parents m'ont donnée ne correspond pas à l'orientation que je veux donner à ma vie future. Je n'ai pourtant pas la force de me battre contre l'ordre établi pour l'instant. Les préjugés, la mentalité de mes parents, la vie qu'il veulent que je mène plus tard, tout cela m'étouffe... Je dors mal depuis le retour de mes parents. J'ai l'impression de ne plus être à ma place dans ma propre famille. Malgré tout, j'essaye de donner le change, car je sais pertinemment que mes parents ne changeront pas d'avis par rapport à leurs convictions profondes. Je dois juste me faire à l'idée que je ne serais jamais la fille qu'il auraient rêvé d'avoir, et eux ne sont pas les parents que je voulais avoir. Ca aurait pu être bien pire, et au moins, je sais que mes parents m'aiment malgré tout.


Sinon, je suis en pleine période de partiels, et cela ne se passe pas aussi bien que je le voudrais. Tant pis ! Jeudi midi, je serais en vacances, et je pourrais enfin souffler =) Et puis samedi, c'est l'anniversaire de mon chéri, et je n'ai toujours pas acheté son cadeau. J'ai des idées, mais rien n'est fixé dans ma petite tête ! Des conseils ?

vendredi 3 décembre 2010

Mieux vaut tard que jamais !

Je me suis rendue compte tout à l'heure que je n'avais rien publié depuis un bon bout de temps ! Je répare cet oubli en vous donnant quelques petites nouvelles. Je suis en semaine de révisions toute la semaine avant d'attaquer mes examens du 13 au 16 décembre. Il va falloir mettre les bouchées doubles car mes révisions sont au point mort... Je prévois de travailler avec deux amis, parce que je sais que toute seule je ne trouverais pas la motivation nécessaire !

Sinon, en ce qui concerne mes déboires amoureux (si on peut les appeler comme ça), je me suis rendue compte que même si L. m'attire, c'est bien T. que j'aime et avec qui je me sens bien. Donc de ce côté là, je n'ai plus vraiment de doutes...

Mes parents rentrent à la maison demain. On va donc reprendre notre vie à quatre. Ces trois mois sans eux m'ont fait comprendre que je voulais absolument vivre seule ! Mais je ne peux pas me le permettre financièrement, et je ne demanderais pas à mes parents de payer un loyer à ma place alors que je peux très bien aller en cours et vivre chez eux. Il faut juste que je patiente jusqu'au moment où j'aurais un travail. Cela me semble loin...