vendredi 9 novembre 2012

Réseaux sociaux & co

Il fut un temps, où mes vies réelle et virtuelle étaient intimement liées. Avec mes amies, on communiquait régulièrement à l'aide des réseaux sociaux. Twitter, Facebook et Hellocoton faisaient partie de notre quotidien et on se laissait souvent des messages sur l'un et l'autre de ces réseaux, en plus des petits mots sur notre forum et des quelques sms qu'on s'envoyait ici et là. 

Et puis, un jour, tout a basculé. Les embrouilles ont pris le pas sur notre amitié. Les sentiments avaient changé, les reproches et la haine avaient remplacé les mots doux et les petits coeurs. On se balançait des petites piques via Twitter, on épiait l'une et l'autre sur nos blogs respectifs ('oh tiens, elle a posté un article dans lequel elle parle de nous', 'oh elle a remis son Twitter en public et raconte des trucs sur nous', 'oh vous avez vu elle a fait ça aujourd'hui', etc). Au fil du temps, j'appréciais de moins en moins cette ambiance suspicieuse qui s'était installée. Toutes les remarques méchantes que je lisais à mon égard me rendaient tellement triste... 

C'est à ce moment où j'ai commencé à me demander à quoi tout cela ME menait (et j'emploie les majuscules pour bien signifier que je parle de ma vision personnelle des choses). La vie a fait que je ne peux plus supporter telle ou telle personne, mais est-ce que cela me donne le droit de cracher sur cette personne, qui plus est sur internet, où d'autres qui ne seraient pas concernés par toute cette histoire peuvent  lire mes propos ? J'ai alors décidé de tout arrêter. Arrêter de les 'espionner', de chercher le moindre article/tweet qui pourrait me mettre en colère, de me demander ce qu'elles pouvaient bien dire sur moi. 

Car après tout, quand quelqu'un sort de ta vie, il faut tourner la page, cesser de vivre dans ce genre de climat malsain qui, en quelque sorte, entretient une amitié qui n'en est plus une. Il y a quelques mois, j'ai enfin compris que je n'avais ni à perdre mon temps avec ce genre de futilités, ni à gaspiller mon énergie à m'énerver pour des propos qui n'en valent pas la peine. Je mène ma vie de mon côté, sans me soucier des querelles passées.